[ PAGES NOUVELLES ou ACTUALISÉES]


Administration
Se connecter
Se déconnecter

Référentiels professionnels de l’enseignant

Les fonctions d’enseignant.e d’éducation socio-culturelle dans les établissements relevant du Ministère de l’Agriculture sont régies par deux textes principaux :

1°, spécifiquement par la circulaire DGER/SDEPC/C2006-2002 en date du 21 mars 2006, dont l’objet est le « Référentiel professionnel du professeur d’éducation socioculturelle et conditions d’exercice de ses activités« ,

2°, plus globalement, l’arrêté du 17 février 2016 relatif au « Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation au sein de l’enseignement agricole« , qui situe l’ensemble des activités d’éducation dans le cadre de la politique ministérielle et dans la vie de l’établissement local public d’enseignement agricole (EPLEFPA).

L’article 1er de l’arrêté du 17 février 2016 dispose que :

« Les compétences que les professeurs et les personnels d’éducation de l’enseignement agricole doivent maîtriser pour l’exercice de leur métier sont les suivantes :
1° Compétences communes à tous les professeurs et les personnels d’éducation, compétences communes à tous les professeurs et compétences spécifiques aux conseillers principaux d’éducation définies à l’annexe de l’arrêté du 1er juillet 2013 susvisé ;
2° Compétences spécifiques liées à l’exercice du métier au sein de l’enseignement agricole définies à l’annexe du présent arrêté. »

Pour mémoire, dans cette annexe, sont précisées les compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation de l’enseignement agricole et celles spécifiques aux personnels d’éducation socio-culturelle.

Compétences communes à tous

L’arrêté du 17 février 2016 présente dans son annexe les compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation de l’enseignement agricole :

« 15. – Inscrire son action dans le cadre des politiques publiques portées par le ministère chargé de l’agriculture
Situer les champs d’action du ministère et leur diversité (agriculture, agroalimentaire, alimentation, forêt et bois, aménagements des espaces, services en milieu rural).
Suivre les évolutions des politiques publiques et leur support législatif.
Prendre en compte les évolutions des métiers et contribuer à l’accompagnement du changement.
Intégrer les enjeux liés aux politiques du ministère chargé de l’agriculture dans les pratiques de formation et d’éducation.
16. – S’impliquer dans la mise en œuvre des différentes missions de l’enseignement agricole
Inscrire son action dans le cadre des principes fondamentaux et dans la réglementation de l’enseignement agricole.
Élargir l’activité professionnelle, dans le cadre des missions de l’enseignement agricole, au-delà de la formation et de l’insertion scolaire, sociale et professionnelle des apprenants.
Participer à l’élaboration et à la réalisation d’échanges interculturels, d’actions de formation, d’animation ou de développement en relation avec des partenaires de l’Union européenne ou de pays tiers.
Prendre en compte les besoins et projets du territoire (techniques, professionnels, économiques, culturels et socioculturels, sportifs, etc.) et participer à leur animation et leur développement.
Contribuer à des actions de développement, d’expérimentation ou d’innovation mobilisant en particulier l’exploitation agricole ou l’atelier technologique de l’établissement.
17. – S’insérer dans un enseignement général, technologique et professionnel
Prendre en compte la sociologie des apprenants de l’enseignement agricole dans ses pratiques.
Identifier le périmètre des métiers et des emplois, les différents champs professionnels et les diverses voies de formation.
Situer sa pratique professionnelle relativement aux caractéristiques des publics, scolaires, étudiants, apprentis et adultes dans les établissements.
Développer des pratiques pédagogiques actives et collectives (pluridisciplinarité, pédagogie de projet…).
Favoriser la promotion sociale des apprenants de l’enseignement agricole dans leur diversité par la proposition de parcours promotionnels.
18. – Mettre en œuvre ses missions dans le cadre de l’établissement public local d’enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA)
Identifier le contexte professionnel et territorial pour l’exercice du métier.
Collaborer dans un collectif de travail inscrit dans une structure et un fonctionnement s’appuyant sur différents centres constitutifs.
Intégrer son activité dans le cadre du projet d’établissement.
Valoriser le potentiel pédagogique et éducatif du centre « exploitation agricole » (EA) ou « atelier technologique » (AT).
Coopérer avec les différents partenaires de l’EPLEFPA : familles, acteurs et réseaux du territoire. »

Compétences propres à l’ESC

L’arrêté du 17 février 2016 présente dans son annexe les compétences propres aux professeurs d’éducation socioculturelle (ESC) :

« Les professeurs d’ESC exercent leur activité dans l’établissement au croisement d’une équipe pédagogique et éducative. Ils exercent leurs missions d’une part dans le cadre des référentiels de diplôme, d’autre part dans le cadre d’un projet d’animation et de développement culturel. L’ensemble de ces activités se structure autour de trois grands objectifs : l’éducation à l’environnement social et culturel, l’éducation artistique, l’éducation à la communication humaine, à l’autonomie et à la coopération.
Outre les compétences qu’ils partagent avec l’ensemble des professeurs, ils maîtrisent les compétences spécifiques ci-après :
F1. – Maîtriser les connaissances et les compétences dans les domaines des sciences humaines et sociales, des médias, de l’éducation artistique et de l’animation
Identifier les enjeux en matière de culture, de rapport à la nature et d’apprentissage de la citoyenneté.
Pratiquer une approche critique des médias et des réseaux sociaux.
Appréhender les questions sociétales contemporaines par la réflexion et le débat.
Être ouvert aux différentes formes d’expression et de communication pour développer l’imaginaire, l’approche sensible, le jugement et la créativité des apprenants dans le cadre de l’éducation artistique.
Appréhender les processus de communication par la réalisation de projets impliquant des pratiques sociales et d’animation.
Maîtriser les méthodes de l’éducation nouvelle (pédagogie active, constructiviste, pédagogie de/du projet) et des pratiques collectives.
F2. – Conduire un projet d’animation et de développement culturel au bénéfice des apprenants et de l’ensemble de l’établissement
Réaliser un diagnostic de la situation de l’animation et de la vie culturelle dans l’établissement.
Élaborer et mettre en œuvre le projet d’animation et de développement culturel en lien avec le projet d’établissement.
Conduire des activités d’animation et notamment un atelier d’expression artistique ou culturelle.
Concevoir et mettre en œuvre des projets culturels éducatifs en assurant la synergie entre activités d’enseignement et activités d’animation.
F3. – Accompagner la politique d’animation et de développement culturel au sein de l’établissement et en lien avec le territoire
Travailler en synergie avec les autres membres de l’équipe pédagogique et éducative, les acteurs du territoire et les apprenants.
Agir comme conseiller des jeunes en formation dans l’animation socioculturelle et l’accompagnement organisationnel, administratif et financier de l’Association des lycéens, étudiants, stagiaires et apprentis (ALESA) ainsi que dans l’aménagement du centre socioculturel.
Soutenir la vie associative de l’établissement en favorisant les activités et le rayonnement de l’Association.
Concevoir, négocier, évaluer et communiquer les actions d’animation socioculturelle.
Participer aux réseaux d’action culturelle et se situer comme médiateur culturel avec les structures concernées dans le territoire.
Contribuer au développement et à l’animation culturelle du territoire. »