[ PAGES NOUVELLES ou ACTUALISÉES]


Administration
Se connecter
Se déconnecter

Le débat en classe

Les enjeux du débat.

Dans son excellente présentation de l’histoire de l’instruction civique, François Audigier précise ce qui se joue, pour les jeunes comme pour l’enseignant, dans la situation du débat en classe :

Les transformations du monde et de la citoyenneté exigent aujourd’hui de former des citoyens ayant de multiples compétences. Parmi celles-ci, un accent fort est mis sur le débat, la capacité à accepter les conflits, la coopération et le travail avec les autres, les capacités de s’informer, de prendre en compte la pluralité des points de vue, à poser des problèmes de société dans leurs multiples dimensions, à évaluer les solutions proposées du point de vue des valeurs fondamentales des droits de l’homme, etc. […] Ce sont ces conflits, les interrogations qu’ils suscitent pour les comprendre, pour les analyser, pour les résoudre, qu’il est utile voire indispensable d’introduire […] Les relations entre connaissances et expériences, depuis longtemps proclamées comme des nécessités par de nombreux pédagogues, sont particulièrement importantes pour l’éducation civique.

[Les enseignants] « sont ici soumis à une sorte de double contrainte puisqu’il leur faut dans le même mouvement reconnaître la parole des élèves comme valide et intéressante et aider cette parole à advenir, à se construire ; le besoin de reconnaissance exprimé par les élèves est enchevêtré à la dimension éducative de la situation dans laquelle ces mêmes élèves sont plongés. Enfin, une parole n’a de sens que si elle est prise au sérieux, c’est à dire si elle est suivie d’effets, si elle a du pouvoir. La question se déplace et s’ouvre alors, immense : quels pouvoirs, quels objets et moments d’initiatives et de libertés les adultes sont-ils disposés à laisser aux élèves ? […] Le rôle des enseignants est de mettre les élèves en situation de construire des outils de pensée et d’action leur permettant de vivre en société, de comprendre le monde, de prendre des initiatives et des décisions, de coopérer, de résoudre pacifiquement les conflits, de prendre part aux débats publics intéressant les citoyens, etc.”

L’approche du débat argumenté de Romain Orioli : présupposés et pratiques pédagogiques en SES (avec exemple).

L’argumentation

L’argumentation est une technique clairement identifiable de la communication interpersonnelle qui consiste à mettre en œuvre des raisonnements pour convaincre un auditoire de partager une opinion qu’on propose. Le contrat est clair : j’ai une opinion, mon interlocuteur ne la partage pas, il s’agit de mettre en œuvre des artifices pour faire que l’autre se range à mon opinion et en soit porteur. Ce n’est pas toute la communication interpersonnelle, mais c’est l’élément central de toute une série de situations sociales.

A lire

  • Oscar Brenifier : Enseigner par le débat (publication en ligne, CRDP Bretagne)
  • Le site Pratiques philosophiques et notamment la page consacrée à l’Argumentation en philosophie.
  • Tozzi Michel & Etienne Richard (dir.) (2004). La discussion en éducation et en formation : Un nouveau champ de recherches. Paris : L’Harmattan.
    • Sommaire
      – Discussion et socialisation primaire.
      – Pensée non-dogmatique et développement de savoir-faire démocratiques.
      – Faire discuter pour apprendre : pas si simple !
      – Le rôle du maître dans des discussions à visée philosophique à l’école primaire et au collège.
      – Les conditions de la discussion dans l’enseignement des questions socialement vives.
      – La discussion a-t-elle le droit de cité dans les établissements scolaires ?.
      – Environnement numérique de discussions et formation place et rôle des “net forums”.
      – Discussion et socialisation professionnelle
  • Christine Partoune, géographe, fait du débat en jeu de rôle : par l’intermédiaire de la participation à un débat, deux types d’habiletés peuvent être développées : des habiletés cognitives et des habiletés sociales. Ces habiletés peuvent être individuelles (que l’on peut acquérir isolément) ou collectives (qui s’acquièrent via les interactions avec d’autres personnes).