[ PAGES NOUVELLES ou ACTUALISÉES]


Administration
Se connecter
Se déconnecter

La pluridisciplinarité

Un aspect me déroutait dans l’enseignement du lycée. C’était le cloisonnement des disciplines, l’isolement de chaque matière. Les élèves allaient de classe en classe comme s’ils exploraient un archipel. Comme s’ils visitaient une suite de pays dirigés chacun par un maître qui se désintéressait totalement de ce qui se passait ailleurs. Pendant une heure, on traduisait Sénèque. L’heure suivante, on détaillait les beautés de la machine à vapeur. Après quoi, on se penchait sur la structure physique du continent américain. A peine le déjeuner avalé, on se précipitait sur la fonction chlorophyllienne chez les plantes vertes, avant de terminer la journée de lycée parmi les sorcières de Macbeth. Rien ne se rattachait à rien. Pas question d’envisager la possibilité même de quelque relation entre histoire et mathématiques, l’éventualité d’un rapport entre sciences naturelles et géographie. Si compétent que fût chaque professeur, si intéressé à son métier, si bon enseignant fut-il, il ne lui venait jamais à l’idée de déborder ses frontières, de nous montrer que le monde est un tout, que la vie est un ensemble. Chaque domaine demeurait un vase clos. Chaque discipline fonctionnait en circuit fermé, en ignorant les autres. Aux élèves de se débrouiller pour construire leur petit univers et lui trouver de la cohérence. A chacun sa synthèse s’il en éprouvait le besoin. ?

(F. Jacob, La statue intérieure, 1987)


Depuis les années 70, l’interdisciplinarité a émergé pour répondre à des inquiétudes quant à l’impact des activités de l’homme sur son « milieu naturel ». Le recours à l’interdisciplinarité s’est affirmé comme un moyen de favoriser l’intégration des savoirs par l’élève.
La pluridisciplinarité se justifie par le fait que l’enseignement agricole prend appui sur des supports pédagogiques qui sont des objets complexes (exploitation
agricole, eau, aliment, bassin versant…). L’exploitation agricole, sans être un support pédagogique unique, est un outil privilégié d’apprentissage à la complexité et à la prise de décision.

Elle se justifie aussi par le fait que l’enseignement agricole est avant tout un enseignement professionnel qui vise le développement, par l’élève, d’une intelligence de l’action et qui s’attache à résoudre le délicat problème du passage des connaissances aux compétences.

  • “Le terme générique d’interdisciplinarité désigne toute pratique qui favorise d’une manière ou d’une autre la mise en relation entre des connaissances habituellement réparties entre différents cours.” (J.M. Bailly et J. Schils)
  • “L’interdisciplinarité désignerait l’enseignement (…) dans lequel les différentes disciplines scolaires seraient entre elles le moins juxtaposées et le plus articulées. (…) Une plus grande articulation passe par une différenciation toujours plus fine (de chaque discipline), et non par l’effacement des disciplines au profit de la tâche indifférenciée de faire acquérir des compétences méthodiques prétendues transférables.” (H. Boillot et M. Le Dru

Attention : comme tout concept, celui d’interdisciplinarité se construit et se définit en fonction des besoins des personnes qui l’utilisent et en fonction du contexte dans lequel il est défini. Sa définition est donc relative et évolutive.

Une situation d’apprentissage pluridisciplinaire vise à créer une activité dans laquelle l’élève est amené à se confronter à une situation-problème qui l’amène à se questionner. La démarche de résolution de problème fait l’objet d’un apprentissage organisé et conduit à mobiliser des savoirs issus de différentes disciplines. La confrontation (synthèse) de différents savoirs disciplinaires s’organise au sein d’une production concrète.
L’interdisciplinarité fait référence à une pédagogie de projet. L’idée de projet est associée à la notion de situation signifiante pour l’élève qui aura une tâche précise à réaliser.


Le regroupement des disciplines en modules ou matières participe de la volonté d’établir des liens entre les disciplines, de concevoir des évaluations qui vont dans le même sens. Certes cette façon d’enseigner ne va pas de soi et connait quelques obstacles mais elle reste un enjeu important de l’enseignement agricole.