[ PAGES NOUVELLES ou ACTUALISÉES]


Administration
Se connecter
Se déconnecter

Les réseaux régionaux

Les réseaux régionaux d’action culturelle dans l’enseignement agricole connaissent des situations très variables tant sur le plan de leur structuration que sur celui de leur fonctionnement en projets.

La convention Culture-Agriculture du  17 juillet 1990 a constitué un cadre national décliné dans les régions en “conventions régionales” entre services déconcentrés (DRAC-DRAAF). Ces conventions constituent, dans la plupart des cas,  le cadre de l’action du réseau régional. Pour certaines, une ouverture à d’autres partenaires comme les conseils régionaux ou les rectorats est en cours d’examen voire a déjà aboutie.

  • leur composition

En majeure partie, ces réseaux régionaux sont constitués des enseignants d’éducation socioculturelle des établissements de la région concernée. Ils travaillent le plus souvent en étroite collaboration avec un chargé régional de la mission culture au SRFD (DRAAF). Parfois ce poste est occupé directement par l’animateur régional.

  • leurs objectifs
  1. articuler un projet régional d’animation et de développement culturel
  2. mutualiser les pratiques, les contacts au bénéfice de tout le réseau
  3. être un lieu de réflexion au plan régional sur les enjeux d’une pratique professionnelle d’animation et de développement culturel pour les jeunes des lycées agricoles
  4. tisser des liens avec les partenaires territoriaux qu’ils soient institutionnels (Drac, rectorat..) ou associatifs (structures culturelles, compagnies..)
  • les modalités d’action

Elles sont nombreuses et diverses au sein des réseaux régionaux.

  1. Certains réseaux choisissent une entrée thématique autour de laquelle tous les enseignants du réseau vont travailler avec leurs élèves en variant les modes d’expression artistique: par exemple l’entrée  “nourritures et territoires” va mobiliser les équipes autour de la photo, de la vidéo, de la danse, du cirque etc..
  2. d’autres réseaux choisissent une entrée “expression artistique” avec un travail autour du Cirque ou de l’art contemporain, ou de la danse..
  3. d’autres réseaux s’emparent  d’appels à projets régionaux ou nationaux et fédèrent ainsi leur travail
  4. d’autres réseaux combinent ces modalités d’action (en général dans les grandes régions) et travaillent par groupes d’établissements autour de projets différents.
  • les modes de communication, de valorisation des projets
  1. la réalisation d’un document papier (affiche, ouvrage, carnet, album photo..) permet à certains réseaux de communiquer efficacement auprès des partenaires et de valoriser concrètement le travail des jeunes. Certains documents dépassent l’objectif seul de communication et font état de réflexions, d’analyses du travail effectué.
  2. la réalisation de supports numériques (DVD le plus souvent) témoigne également du travail en réseau
  3. certains réseaux choisissent de valoriser leur travail en privilégiant le rapport immédiat à la production artistique, une ou plusieurs journées sont alors consacrées à la partie présentation publique des créations (expositions, spectacles etc..) au sein d’un ou plusieurs établissements ou dans les murs de structures culturelles (théâtres, centre d’art..)

Dans certaines régions, les réseaux sont en cours de structuration ou n’existent pas en tant que tels. La part d’initiatives des acteurs régionaux est souvent déterminante dans la réalité d’un réseau; l’existence et la dynamique d’un tel réseau tiennent souvent à la rencontre de plusieurs acteurs: enseignants d’ESC, SRFD, conseillers éducation artistique dans les Drac, direction des affaires culturelles de conseils régionaux etc..tous attachés à cette dynamique collective.